www.wittmann.fr

Lettres, sciences humaines, relations franco-allemandes

| Sartre | Camus | Relations franco-allemandes | Médias - Web 2.0 | Publications | Comptes rendus |

www.romanistik-online.de

Das Frankreich-Blog

Romanistik im Internet

Groupe d'Études sartriennes

Online Wörterbuch

Online Wörterbuch

Romanik in Frankreich

Sartre Gesellschaft
Literaturhaus Stuttgart

Dialoghi-Dialogues

Romanik in Frankreich

Phototgraphie

 

 

Jean-Paul Sartre et Venise


"Après sa première nuit vénitienne, l'animal touristique seréveille amphibie; il constate en même temps qu'il lui a poussé des nageoires et il retrouvé l'usage de ses pieds. Ce matin, je marche, je vais au hasard ... suivant des calli, traversant des ponts, débouchant sur des campi, m'égarant, tombant dans un cul de sac, revenant sur mes pas, repassant par les mêmes calli et les même campi sans trop m'en aviser. "
J.-P. Sartre, La Reine Albemarle ou le dernier touriste, fragments, éd. A. Elkaïm-Sartre, Paris : Gallimard, 1991, p. 84.

"A Venise, les Vénetiens sont chez eux. Et il suffit d'un ciel un peu doux, comme ce matin, d'une lumière un peu tendre, gaie come un sourire, pour que le touriste se sente un peu moins touriste, presque vénetien." Sartre, op. cit., p. 86

"Au bout d'un certain temps, ce qui m'inquiète c'est presque moral : à moins de monter sur le Campanile de Saint-Marc, Venise est une ville qui se dérobe à toute vue d'ensemble. Elle fuit, vous contraint à vous prendre dans le détail..." Sartre, op. cit., p. 106

"Venise a ses propres coordonnées : la place Saint Marc, la lagune, les Fondamenta Nuova : elle ignore les points cardinaux. Je me trompais, tout à l'heures, en disant qu'elle fabrique ses vitesse : à l'intérieur de Venise il n'y a pas de vitesse du tout." Sartre, op. cit., p. 87.

"L'humidité dans l'air, au ciel. L'eau. Douce humidité, fraîcheur, fond de l'air tiède. Gondole. La gondole c'est exactement un fiacre." Sartre, op. cit.,. p. 80.

"Les campis ne sont parcurus par aucune ligne,droite ou courbe : ce sont des étendues de pierre stragnante, de marécages de pierre." Sartre, op. cit., p. 88

"L'eau à Venise palpite, elle se dilate et se contracte, dit-on, notre univers. Sorti de la gondole, je reste longtemps à regarder une crème verdâtre à la surface du rio, qui tantôt se resserre, tantôt file doucement vers le canal de la Giudecca, tantôt recule et tantôt s'arrête. Sartre, op. cit., p. 109

"Venise est la ville qui protège le moins contre l'espace. Le ciel et l'eau sont complices, ils sont trop. L'eau s'enroule sur elle-même, le ciel a un autre genre de foisonnement, il écarte les regards, il éblouit,distend par des épanouissements mats de lumière." Sartre, op. cit., p. 104

Links zum Buch Sartre und die Kunst Sartre-Gesellschaft Bibliographie Colloque, GES, Paris




Heiner Wittmann  Publications Mentions légales